fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Le mot : Viril·e

Tous les deux mois, La Petite Roberte ramène sa science : souvent énervée, toujours engagée, volontiers caustique, sa mission est d’éclairer les expressions et concepts parfois obscurs pour parler d’égalité femmes-hommes et partager une réflexion féministe sur des mots de tous les jours.

Par La Petite Roberte
Paru dans Femmes ici et ailleurs #41, janvier-février 2021

La virilité serait en crise. Il n’y aurait plus d’hommes, de vrais. Du moins selon quelques réacs (par respect du papier sur lequel ce texte est imprimé, nous ne les citerons pas), pour qui un homme en robe est la fin du monde. Désolée, messieurs, mais vous radotez. Cette vieille lune de la crise de la virilité ne date ni de Mai 68, ni de #Metoo, ni de la dernière fashion week. “Chaque grande transformation historique produit ce sentiment de déperdition virile. Elle se réfère toujours à un modèle ancien, dont il s’agirait d’assurer ou la perpétuation ou la renaissance” explique aux Inrocks l’anthropologue Jean-Jacques Courtine1, pour qui ce sentiment de crise est “extraordinairement répétitif”.

© Daphné Collignon

Mais de quelle virilité parle-t-on ? Le terme vient du latin vir, “homme”, et de virilis “mâle, fort, vigoureux”2. La virilité désigne à la fois ce qui est biologiquement masculin (un “membre viril”) et un ensemble d’attributs culturellement associés aux hommes : la force physique, la puissance sexuelle et certaines valeurs telles que le courage et l’autorité.

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.