fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Vanessa Mendoza Cortes : L’inlassable [Andorre]

Avec son association, Stop Violències, la seule qui défende les droits des femmes, Vanessa Mendoza Cortes se bat à bras-le-corps pour les Andorranes. Elle dénonce l’hypocrisie de ce micro-État où l’avortement est toujours interdit.

Par Luisa Nannipieri
Paru dans Femmes ici et ailleurs #33, septembre-octobre 2019

© Marta Bandirini

Réputée pour ses pistes de ski et ses produits détaxés, la principauté d’Andorre est aussi l’un des derniers pays d’Europe avec le Vatican, Malte et Saint-Marin où l’avortement est illégal, même en cas de viol ou de danger pour la santé de la mère. Ce n’est que l’aspect le plus criant d’une nation de 80 000 habitant·e·s (dont seulement 27 000 Andorran·e·s ont le droit de vote) qui – c’est peu de le dire − ne fait pas de l’égalité sa priorité. “Les structures de lutte contre les violences faites aux femmes ne sont que des coquilles vides. Le service d’urgence n’est pas joignable le week-end, les assistantes sociales ne sont pas formées à l’accompagnement des victimes, la police tend à classer les violences conjugales comme des agressions mutuelles, ce qui fausse les statistiques. C’est une hypocrisie qui s’ajoute aux violences que les femmes subissent”, explique Vanessa Mendoza Cortes, présidente de Stop Violències, unique association à défendre les droits des femmes dans le pays depuis 2014.

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.