fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Témoignage : Quelques pas sur le chemin

Paru dans Femmes ici et ailleurs #41, janvier-février 2021

Je suis une femme en chemin. Je suis passionnée par la magie du vivant, sous toutes ses formes. Je suis également autrice de mes pensées et de mes choix. À cet instant, devant cette page blanche, je choisis de témoigner.

Mars 2017, le diagnostic tombe : cancer du sein.

Il marque un temps d’arrêt, un temps de départ aussi. À partir de là, rien n’a plus été comme avant. Je prends conscience que je n’ai qu’une vie et que j’en suis la seule actrice. Comment je veux la vivre, cette vie ?

Sarah Prudhomme – Docteure en biologie cellulaire et moléculaire et consultante-formatrice à l’Atelier n° 7 à Lyon

J’ai toujours été ”bonne élève”, un doctorat en biologie, un super mari, trois enfants en bonne santé, un job passionnant, une belle maison, une famille aimante, des amis extraordinaires… Je pensais avoir coché toutes les cases de la vie ”réussie”, et pourtant, cette vie me rappelle à l’ordre. Je réalise qu’en visant cet idéal de réussite, en voulant prouver que je pouvais y arriver, je me suis oubliée.

Ce diagnostic a finalement permis de mettre un nom sur un mal-être, une fatigue physique et mentale, qui couvait depuis plusieurs mois, mais que je refusais d’écouter, parce que prise dans ce tourbillon de la vie entre les ”je dois” et les ”il faut”.

Il a fallu cette annonce pour qu’enfin je m’arrête… Un arrêt net et brutal… Et surtout la peur de mourir.

Le premier pas pour sortir de cette paralysie suite au diagnostic, je l’ai fait grâce au sport. Il m’a permis de ne plus penser qu’à chacun de mes mouvements, de rester dans le moment présent et de canaliser mon esprit. Le sport m’a accompagnée de manière douce, mais constante, pendant les traitements successifs : chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie… Me réapproprier mon corps par le sport m’a redonné confiance. Il m’a aussi permis de toucher du doigt que j’avais en moi des ressources insoupçonnées, ”si je suis capable ici, je suis aussi capable ailleurs”. Aujourd’hui, le sport fait partie intégrante de mon quotidien, c’est un moyen conscient de mettre mon corps en mouvement. Ce corps qui me permet de me déplacer, de ressentir, et finalement d’être à l’écoute de moi-même.

Mon deuxième pas sur ce chemin a été le temps. Ce temps que j’ai pu m’accorder, cette présence à moi, pour me remettre au centre. Ce temps de vide m’a permis de ralentir, de faire des pauses, de percevoir mon monde intérieur, de toucher ma singularité, de me questionner sur ce que je veux vraiment pour exister pleinement. Les personnes inspirantes que j’ai rencontrées sur ce chemin m’ont permis de regarder la situation en toute lucidité. J’ai appris que si j’étais bien accompagnée et écoutée, je serais capable de trouver assez de ressources en moi pour faire émerger les solutions qui me conviennent. C’est finalement dans ce silence et cette confrontation à l’autre que, de manière inattendue, la transformation peut éclore. Pendant la cure post-cancer, de janvier à juin 2018, je me suis investie dans l’association Courir pour elles et À chacun son Everest, avant de reprendre mon travail en septembre de cette année-là.

Chaque étape de ce parcours de soin a été une expérience. Une chance d’aller vers plus de liberté intérieure, d’apprendre à accepter ce que je ne peux changer et d’oser changer ce qui peut l’être. Oser pour dépasser mes peurs et avoir le courage de mener une vie en restant fidèle à moi-même.

C’est ainsi que, pas à pas, j’ai repris vie, abandonné ce besoin de contrôle et appris à écouter le monde qui m’entoure, à marquer des temps d’arrêt, pour entendre le chant d’un oiseau, regarder le ciel, sentir le vent sur mon visage. Être disponible pour accueillir l’imprévu, me réjouir de la réalité telle qu’elle est aujourd’hui. Comprendre que tout est déjà là, que rien ne manque, et que c’est parfois une formidable chance de ne pas avoir ce que l’on désire.

Sarah Prudhomme