fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Santé : Tampons et choc toxique

Le nombre de signalements de chocs toxiques pendant les règles est en forte augmentation depuis dix ans en France. Une équipe du Centre national de référence des staphylocoques cherche à comprendre pourquoi, en identifiant les facteurs à l’origine d’une maladie encore mal connue.

Par Sandrine Boucher et Lucile Albrecht
Paru dans Femmes ici et ailleurs #20, juillet-août, 2017

© Eirik Solheim

Un seul cas en 1994, deux en 1999, cinq en 2004 et jusqu’à vingt-deux en 2014 : de plus en plus de femmes déclarent un choc toxique menstruel chaque année en France. Cette pathologie rare peut être fulgurante, avec des conséquences très graves : réanimation, traitements lourds, séquelles importantes pouvant aller jusqu’à l’amputation et parfois le décès. La maladie est due à une souche particulière de staphylocoque doré qui produit une toxine appelée TSST-1. Celle-ci est capable de traverser la paroi vaginale et de passer dans le sang, déclenchant une réaction inflammatoire violente et massive. En quelques heures, extrémités, membres, foie, reins, poumon, cœur peuvent être touchés. Le tampon ou la cup ne sont que les facilitateurs du staphylocoque doré, qui s’y accroche, s’y maintient, puisque le flux menstruel est bloqué, et profite d’un milieu propice pour se développer : chaleur, fer, moindre acidité et un peu d’air apporté lors de l’introduction de la protection périodique.

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.

 

En partenariat avec
L’Association nationale des sages-femmes libérales est une association loi de 1901 qui a pour but la revalorisation et la défense de la profession de sage-femme libérale en France. Pour cela, elle travaille à la fois avec les sages-femmes, les organismes d’État et les médias à cet effet. Créée en 1983, elle compte aujourd’hui 970 membres. Pour plus d’informations : http://ansfl.org