fbpx
HomeSociété... ici et ailleursParole d’experte : Faut-il encore allonger le congé paternité ?

Parole d’experte : Faut-il encore allonger le congé paternité ?

Depuis le 1er juillet, le congé paternité dure vingt-huit jours, avec une semaine obligatoire. Violaine Dutrop, autrice de Maternité, paternité, parité, défend la création d’un congé deuxième parent équivalent au congé maternité, pour révolutionner les normes parentales et l’égalité femmes-hommes.

Propos recueillis par Pierre-Yves Ginet
Paru dans Femmes ici et ailleurs #47, janvier-février 2022

Violaine Dutrop, maternité, paternité, égaligone
DR

Biographie express
Ancienne cadre de l’industrie, Violaine Dutrop a mené des recherches autour de la norme masculine du travail à temps plein, dans la perspective d’un possible choix de ses temps de vie. Fondatrice en 2010 de l’Institut EgaliGone, qui encourage l’éducation non sexiste par la création de liens entre savoirs théoriques et pratiques éducatives, elle est également membre de l’association Parents & féministes et du collectif Nos enfants nous-mêmes. Violaine Dutrop a publié en 2021 Maternité, paternité, parité aux éditions du Faubourg et Le pouvoir insidieux du genre, histoires courtes qui en disent long, aux éditions Libre & Solidaire.

Pourquoi le congé paternité est-il un sujet majeur de l’égalité femmes-hommes ? 

La parentalité traverse la vie de la plupart d’entre nous. L’offre de garde en France est aujourd’hui de cinquante-neuf places pour cent enfants. Après une naissance, une femme sur deux réduit ou cesse temporairement son activité professionnelle, pour seulement un homme sur neuf.

Dans la moitié des couples hétérosexuels, l’homme a le salaire principal du foyer : ce constat explique de nombreuses décisions relatives à la garde des enfants, mais ce revenu principal peut aussi résulter des choix du couple, avec les temps partiels concentrés chez les femmes. Une cause et un effet, tout cela se mord la queue. La conséquence est lourde pour les femmes : les écarts de salaire sont beaucoup plus importants entre les mères et les pères, qu’entre femmes et hommes sans enfant ; concernant le partage des tâches domestiques, seul un quart des foyers français a le sentiment de vivre une situation égalitaire.

Après la naissance commence une période pendant laquelle on apprend à prendre soin de quelqu’un vingt-quatre heures sur vingt-quatre : si les hommes ne sont pas propulsés dans cette situation, comme les femmes le sont, il leur manque une compétence essentielle. Je pense au témoignage d’un homme qui a pris huit mois de congé parental : “Je n’avais absolument pas saisi ce que mon épouse a vécu pour notre premier enfant, quand elle-même a pris son congé parental. Il a fallu que je m’y colle, pour notre deuxième enfant, pour enfin comprendre ce qu’elle portait.” Nous devons dire haut et fort que les congés maternité ou paternité ne sont pas des vacances.

Espérez-vous que le “nouveau” congé paternité corrigera ces biais ?

​Vous avez envie de lire cet article ? Il suffit de vous abonner à Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà abonné·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes abonné·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.