fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Monique Grande : Quand les femmes pensent le monde

Au sein du Club Femmes ici et ailleurs, nous avons la chance de compter des personnalités exceptionnelles, agissant dans des domaines très divers, en France et bien au-delà de nos frontières.

Monique Grande est coach de femmes et autrice de nombreux jeux et livres de développement personnel. Nous l’avons rencontrée pour la sortie de son livre Quand les femmes pensent le monde (Éditions Librinova).

Quel est votre parcours professionnel ?

Je suis musicienne. Professeure de piano au conservatoire, je me suis formée à la musicothérapie et j’ai découvert de nombreux outils d’accompagnement. J’ai suivi une formation à l’INC, Institut de neurocognitivisme, et une autre pour obtenir une certification de coach, avec Vincent Lenhardt. Je voulais accompagner la transformation des femmes et faire s’exprimer leurs potentiels.

Qu’est-ce qui vous a amené à accompagner les femmes ?

Mon premier divorce ! Je me suis posée des questions sur ma vie, mon histoire, sur qui j’étais vraiment. J’ai commencé à animer des cercles de paroles de femmes et à l’occasion des temps de partage, j’ai compris que nous avions des questionnements typiquement féminins. Ce partage entre nous m’a fait prendre conscience de notre invisibilité, de la question de notre place. Avec mon parcours et les formations que j’ai suivies, j’ai créé ma propre méthode d’accompagnement, des jeux de développement personnel ainsi que des livres.

Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre Quand les femmes pensent le monde

Ce livre parle de la manière dont les femmes doivent dépasser leurs limites. Le développement personnel est une première étape pour y arriver, ensuite il faut oser sortir de chez soi, avoir une parole affirmée. Je l’ai voulu inspirant. Contribuer à faire cesser l’invisibilité des femmes me tient à cœur. Au moment de la crise sanitaire, ça m’a sauté aux yeux : pourquoi les femmes ne prennent-elles pas la parole dans les sphères décisionnelles ? Pourquoi sont-elles peu présentes dans les grandes questions de la communauté ?

Je propose des cercles de paroles depuis plus de 20 ans, et quand j’ai commencé, j’étais moi aussi dans une période où la question du bien-être e du cheminement vers soi, était une évidence et ça nous suffisait. Toutes les femmes que j’accompagne se posent la même question, récurrente, liée à une frustration. Celle de leur place, de l’expression de leur créativité. Elles se retiennent. Au début, le bien-être leur suffit, puis elles s’autorisent à aller vers leur propre puissance. Elles ont besoin d’être accompagnées pour exprimer cette créativité féminine.  A ma manière, je leur donne vie.

Ce livre est celui de ma vision, une analyse de ce que j’ai appris dans les cercles de paroles, et que je partage, avec des témoignages inspirants pour leur permettre d’oser prendre la parole et se faire entendre. Mais attention, c’est possible à condition d’accepter de dépasser une démarche de bien-être pour véritablement passer à l’action comme rejoindre un réseau, créer son propre collectif de femmes…La parole des femmes compte, la laisser s’exprimer et la faire entendre est plus que nécessaire dans monde actuel.

Pourquoi avez-vous rejoint le Club Femmes ici et ailleurs ?

Les femmes ont mille façons de prendre leur responsabilité et d’oser leur parole. Elles rassemblent, tissent des réseaux de manière résiliente et originale, et font parler d’elles. Elles prouvent qu’on peut être engagée et visible pour ce qu’on est. Votre revue témoigne de l’action des femmes, et c’est pour cela que je l’apprécie. Pour le club, je vois tout ce que vous tissez. Jusqu’à présent j’étais attachée au travail sur mes ouvrages, donc j’observais… mais je suis heureuse de m’insérer dans cette dynamique de partage !

Propos recueillis par Guillemette Loyez, journaliste chez Femmes ici et ailleurs