fbpx
HomeRencontreMerle Hoffman : Militante historique pour le droit à l’avortement aux États-Unis

Merle Hoffman : Militante historique pour le droit à l’avortement aux États-Unis

Pionnière de la lutte pour les droits des femmes aux États-Unis, Merle Hoffman a ouvert l’une des premières cliniques pratiquant l’avortement, en 1971. Près de cinquante ans après, alors que la Cour suprême a invalidé l’arrêt Roe vs Wade, permettant aux États de légiférer librement sur ce sujet, la septuagénaire reprend le combat.  

Propos recueillis par Clémence Levasseur
Publié dans Femmes ici et ailleurs #51, septembre-octobre 2022

Merle Hoffman, avortement, droit à l'avortement, Etats-unis, Roe vs Wade, droit à l'IVG, IVG, Abortion Rights, droits des femmes
© Joan Roth

Biographie express 

Née en 1946 à Philadelphie, Merle Hoffman a participé à la création du Flushing Women’s Medical Center, en 1971, l’un des premiers centres médicaux pratiquant l’avortement aux États-Unis, devenu le Choices Women’s Medical Center. En 1976, elle cofonde puis préside la Fédération nationale de l’avortement, réunissant les acteur·rices et défenseur·ses de cette cause. À 32 ans, mariée, elle décide d’avorter parce qu’elle n’est pas prête à avoir des enfants.

Après avoir observé une mauvaise communication entre médecins et patientes, et déplorant de nombreuses pratiques médicales envahissantes et paternalistes, Merle Hoffman a développé le concept du “Patient Power”, l’un des premiers modèles de santé centré sur celle ou celui qui reçoit les soins. Il comprend notamment le consentement éclairé, l’accès aux dossiers médicaux, la demande d’un deuxième avis et la participation aux plans de traitement, qui sont depuis devenus des normes chez les professionnel·les de santé.

En 2016, elle a développé l’un des premiers programmes de soins destinés aux personnes trans aux États-Unis. Depuis janvier 2022, elle est revenue au premier plan de la lutte pour le droit à l’avortement.

Comment êtes-vous arrivée à la tête d’une clinique spécialisée sur l’avortement ?

Je vais être honnête : plus jeune, les mouvements féministes ne m’attiraient pas. Mon rêve était de devenir pianiste, mais le monde de la musique classique, très strict, m’a vite rebutée. J’ai décidé d’étudier la psychologie. Pour payer l’université, j’ai décroché un job auprès d’un médecin, très progressiste, qui voulait ouvrir une clinique où pratiquer l’avortement.

En 1970, l’État de New York a été le premier à autoriser l’IVG et des femmes de tout le pays venaient se faire avorter. Voilà comment j’ai participé à la création du Flushing Women’s Medical Center, en 1971, dans le quartier du Queens à New York, qui est devenu le Choices Women’s Medical Center.  

À 24 ans, j’ai reçu ma première patiente, Helen, qui venait du New Jersey, où l’avortement était illégal. Elle était blanche, catholique, mariée, mère de trois enfants et ne pouvait pas se permettre d’être maman une nouvelle fois. Assise à ses côtés, je lui ai demandé comment elle se sentait et suis restée près d’elle lors de l’opération. Ce moment a été un déclic : j’ai compris ce que subissaient les femmes souhaitant avorter. 

Merle Hoffman, Washington, servante écarlate, avortement, droit à l'avortement, Etats-unis, Roe vs Wade, droit à l'IVG, IVG, Abortion Rights, droits des femmes
Manifestante du droit à l’avortement en costume de “servante écarlate”, devant la Cour suprême des États-Unis, après l’annulation de l’arrêt Roe vs Wade. Washington, États-Unis, le 24 juin 2022. © Evelyn Hockstein/Reuters

Comment a débuté votre engagement sur cette question ?

​Vous avez envie de lire cet article ? Il suffit de vous abonner à Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà abonné·e à l’offre Essentiel ou Intégral ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes abonné·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.