fbpx
HomeRencontreMarine Calmet : L’avocate de la Terre et des peuples [France]

Marine Calmet : L’avocate de la Terre et des peuples [France]

Marine Calmet, activiste et juriste spécialisée dans le droit de l’environnement, se bat pour la reconnaissance des droits de la nature et des droits fondamentaux des peuples, notamment autochtones. Avec des solutions d’ailleurs qui pourraient revitaliser nos démocraties d’ici.

Par Sandrine Boucher
Paru dans Femmes ici et ailleurs #47, janvier-février 2022

Le malentendu était complet. Quand Marine Calmet, son diplôme d’avocate tout juste en poche, se présente en septembre 2017 dans des cabinets parisiens spécialisés en droit de l’environnement, elle met en avant dans son CV ses engagements associatifs. Elle s’est impliquée, notamment comme juriste, pour Notre affaire à tous, qui milite pour une justice climatique, ou pour la fédération France Nature Environnement. “Je pensais que ces références appuyaient ma candidature. Je me suis rendu compte que ces cabinets d’avocat·e·s protégeaient surtout les intérêts des grands groupes qui détruisent la nature. Lors d’un entretien, on m’a dit : ‘vous savez, jeune fille, ici vous serez chez les méchants’. J’ai arrêté de postuler, je n’avais pas ma place sur ce terrain-là.” Elle ne prêtera d’ailleurs jamais serment.

Marine Calmet n’a pas fini ses études qu’elle a déjà derrière elle une longue histoire militante. Elle a participé à la lutte de Notre-Dame-des-Landes et contre la création de la ligne “CDG Express” sur des terres agricoles de Gonesse. Des projets “démesurés, hors du temps, qui dénient le droit des habitant·e·s à donner leur avis et décider de leur avenir”. Elle a aussi contribué à la rédaction des requêtes demandant l’arrêt du chantier de l’EPR de Flamanville. Toutes rejetées. Cet échec laisse le goût amer de l’impuissance à la juriste qui, par ailleurs, se sent “frustrée” par le faible impact des pétitions, manifestations et écogestes, vu les enjeux. Au cours de l’été 2017, une rencontre avec deux défenseurs des droits des peuples autochtones de Guyane la conduit sur un nouveau terrain de combat. Et, elle ne le sait pas encore, vers un bouleversement de sa vision du monde.

Marine Calmet, environnement, Notre affaire à tous, France Nature Environnement, Montagne d’or, Guyane, Devenir gardiens de la Nature
© Alexandre Asmodé

Contre la “folie” de la mine Montagne d’Or

​Vous avez envie de lire cet article ? Il suffit de vous abonner à Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà abonné·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes abonné·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.