fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Parole d’experte : L’intelligence artificielle nourrit-elle les stéréotypes ?

Du recrutement aux publicités ciblées en passant par les commandes vocales des smartphones, l’intelligence artificielle est partout. Miroir de nos sociétés, elle tend aussi à en aggraver les travers. Isabelle Collet, spécialiste des questions de genre dans l’informatique, décrypte les enjeux actuels et à venir.

Par Propos recueillis par Pierre-Yves Ginet et Agathe Gouesmel
Paru dans Femmes ici et ailleurs #39, septembre-octobre 2020

isabelle collet intelligence artificielle stereotype
© Sabine Papilloud/Le Nouvelliste

Biographie express
Isabelle Collet est professeure en sciences de l’éducation et chercheuse associée à l’Institut des études de genre de l’université de Genève. Informaticienne scientifique de formation, son doctorat en sciences de l’éducation portait sur “la masculinisation des études d’informatique”. Elle fait partie du conseil d’administration de la fondation femmes@numérique, dédiée à l’inclusion des femmes et des publics minoritaires dans l’informatique, a fondé l’Argef, l’association de recherche sur le genre en éducation et formation, et codirige la revue Gef, Genre, éducation, formation. Isabelle Collet a publié en 2019 Les oubliées du numérique aux éditions Le Passeur.

L’intelligence artificielle, dans ses différentes déclinaisons, prend de plus en plus de place dans nos quotidiens. Comment la définissez-vous ?

L’intelligence artificielle (IA) fait beaucoup fantasmer ; le terme est à la mode, mais c’est une intelligence faible. Par exemple, AlfaGo qui a battu le champion du monde de go ne serait pas capable de tenir une conversation avec un·e enfant de huit ans. L’IA n’est pas “intelligente” en soi. Ce ne sont guère plus que des algorithmes et des puissances de calcul, qui de manière générale, fonctionnent par “apprentissage”, c’est-à-dire apprennent à reconnaître les formes, les mots d’une écriture manuscrite…. L’IA peut aussi proposer des aides à la décision et formuler des prédictions à partir d’énormes bases de données (le Big Data), de calculs statistiques et de probabilités.

Pensez-vous que l’intelligence artificielle soit sexiste ?

L’IA reproduit les schémas de nos sociétés, elle n’a pas de volonté propre. L’algorithme d’Amazon, qui évinçait les femmes dans la sélection sur CV, a juste révélé un sexisme déjà présent en reproduisant le fonctionnement des ressources humaines de l’entreprise. L’intelligence artificielle a fait son travail d’algorithme qui consiste à sélectionner les meilleurs profils en reproduisant la structure des ressources humaines chez Amazon.
D’autres entreprises utilisent des biais pour faire davantage de profit. L’algorithme d’Instagram intègre des coefficients de nudité qui conduisent les photos dénudées à être davantage mises en avant, donc plus “likées”, etc. Des femmes trentenaires racontent que des publicités en rapport avec la puériculture sont apparues sur leurs fils d’actualité de réseaux sociaux, sans jamais avoir fait de recherches à ce sujet. Les IA estimaient que, compte tenu de leur âge, ce sujet les intéresserait.

DR

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.