fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Parole d’experte : Les médias d’information sont-ils sexistes ?

Une mission parlementaire a été mandatée pour réfléchir – une fois de plus – à la place des femmes dans l’information. Place qui ne bouge pas d’un iota depuis un quart de siècle. Des solutions existent pourtant afin que la presse du “monde d’après” ne soit plus celle du “monde d’avant”.

Propos recueillis par Sandrine Boucher et Pierre-Yves Ginet
Paru dans Femmes ici et ailleurs #38, juillet-août 2020

© Béatrice Lagarde

Biographie express
Isabelle Germain est la fondatrice du journal en ligne lesnouvellesnews.fr, qui porte un regard féministe sur l’actualité. Auparavant journaliste dans la presse économique et d’information générale, elle a été très engagée dans l’Association des femmes journalistes de 2001 à 2005 et a piloté des études sur la place et l’image des femmes dans les médias. Isabelle Germain a été présidente de la commission stéréotypes du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes de 2013 à 2016. Autrice de plusieurs essais sur l’égalité des genres, elle est également formatrice.

Alors que les femmes ont été en première ligne de la crise sanitaire, les médias continuent de les “oublier”. Entre autres, la une du Parisien sur le “monde d’après”, composée uniquement d’hommes, a soulevé un tollé1. Qu’en est-il, en France, de la représentation des femmes dans les médias d’information ?

Les études montrent que les femmes sont à la fois sous-représentées et stéréotypées. Sous-représentées parce qu’elles ne comptent que pour 20 % des personnes citées. Stéréotypées, car elles sont essentiellement montrées dans trois rôles : la victime, l’anonyme (“une vieille dame”, “une fillette”) ou la personne en lien avec un homme qui est, lui, le “héros” de l’information.
Ces enquêtes, réalisées au sein du Global Media Monitoring Project2, ont commencé en 1995. Elles ont lieu tous les cinq ans. Les journaux en font état mais ne se remettent pas en question et rien ne change. Un exemple : nous avons tenu un colloque sur le sexe et les médias. Un quotidien national en a fait un très bon compte-rendu, sans citer une seule femme dans le reste de ses pages et en publiant une seule photo de femme… nue.

Selon vous, quelles sont les causes de cet immobilisme ?

C’est l’histoire de la poule et de l’œuf… Les médias sont un miroir déformant de la société. Peu de femmes occupent des places de pouvoir, donc elles sont rares dans l’information, donc il est difficile pour les femmes de se projeter dans ces places de pouvoir, etc.
Par ailleurs, le féminisme est souvent méprisé dans les médias et les rédactions. Les journalistes féministes n’osent pas afficher leurs opinions. Les médias dont la ligne éditoriale est l’égalité ne sont pas soutenus. Un grand investisseur, qui avait mis de l’argent dans de nombreux projets de journaux en ligne m’avait affirmé : “l’égalité hommes-femmes est un sujet has been”…

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.