fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Reportage : Les mamies montent au front [Autriche]

De leur âge, elles ont fait une force. De leur mémoire, une arme. En Autriche, un collectif de grands-mères se bat contre la politique de la coalition droite-extrême droite au pouvoir et contre la montée de l’intolérance dans leur société. Parti de Vienne, leur mouvement essaime dans le pays et même au-delà à l’approche des élections européennes, fin mai.

Texte de Louise Pluyaud
Photographies de Simon Guillemin

Paru dans Femmes ici et ailleurs #31, mai-juin 2019

Le Donnerstag Demo , la manifestation qui a lieu tous les jeudis soir, est l’occasion pour les Omas de se retrouver pour échanger sur l’actualité politique du pays et des mobilisations sociales à travers le monde, qu’elles interprètent comme autant de signaux d’encouragement à poursuivre la lutte ici.

On a beau être vieilles, on est toujours dans le coup !” Dans la chaleur réconfortante d’un chic appartement viennois, Susanne Scholl, âgée de soixante-dix ans, tape sur son ordinateur le récit de son prochain livre. L’imposante pendule de l’entrée sonne dix-huit heures. En ce début février, l’obscurité est tombée sur la capitale autrichienne et dehors, le thermomètre affiche – 4°C. Mais la retraitée a un rendez-vous “à ne pas manquer”. À l’abri d’une longue doudoune noire et d’un drôle de bonnet aux oreilles pointues, la voilà dans la rue. De sa fenêtre, une figurine de la coquette reine d’Angleterre semble saluer cette mamie qui s’en va-t-en-guerre.

Comme chaque jeudi depuis un an se tient à Vienne la Donnerstag Demo ; un mouvement citoyen qui rassemble des Autrichien·ne·s opposé·e·s au gouvernement de droite et d’extrême-droite mais qui ne se reconnaissent plus dans les partis d’opposition. “Généralement, nous sommes entre 5 000 et 8 000 manifestant·e·s”, précise Susanne Scholl dans le métro qui l’emmène sur la Schwedenplatz, au départ du cortège. En décembre 2017, le chancelier autrichien Sebastian Kurz, leader du parti des conservateurs chrétiens ÖVP, s’est allié au FPÖ. Ce redouté parti d’extrême-droite a atteint les plus hautes fonctions de l’État puisque son chef, Heinz-Christian Strache, a reçu la charge de vice-chancelier.
Six ministères sur treize, dont ceux de l’Intérieur et de la Défense nationale, ont été confiés à des membres issus de ce parti fondé par d’ancien·ne·s nazi·e·s.

À l’arrière d’un camion aménagé en estrade, Michaela Moser, une des organisatrices de la Donnerstag, harangue déjà la foule : “Il faut de l’énergie pour combattre l’intolérance de ceux qui nous gouvernent. La solidarité sans condition, c’est la résistance !” Sur fond de musique électro, les “Youhou” de jeunes manifestant·e·s retentissent en écho avec ceux, plus timides mais tout aussi enjoués, d’un petit groupe de femmes âgées. “Voilà mes copines !”, s’enthousiasme Susanne Scholl. Entre la bande baraquée des “antifa” et les bouillonnants activistes d’Attac, ce groupe auréolé de bonnets multicolores a de quoi détonner. Et c’est bien l’intention de celles qui se font appeler les Omas Gegen Rechts (Mamies contre la droite).
C’est cool que les personnes âgées ne s’excluent pas des mouvements politiques et restent actives”, estime Ana, dix-huit ans, en train de distribuer du vin chaud aux manifestant·e·s. Sultan, un jeune Afghan présent dans le cortège, partage son avis : “Dans les démocraties comme l’Autriche, beaucoup de personnes ne mesurent pas à quel point elles ont de la chance d’avoir une liberté d’expression. En manifestant, ces grands-mères montrent qu’elles en ont bien conscience.

Susanne Scholl se prépare pour aller à la manifestation. Elle confie en riant : “Quand je ne m’habille pas en rouge, personne ne me reconnaît, ça n’est pas moi.

Le mouvement le plus original jamais formé en Autriche

Monika Salzer, fondatrice des Omas, participe depuis des années aux mouvements sociaux majeurs : contre la guerre au Vietnam, contre le régime de l’apartheid sud-africain, contre les centrales nucléaires. Elle a légué à sa fille son esprit de résistance. “À Vienne, les gens disent que les Omas sont ‘cultes’ !” Mais ce qui importe le plus à Monika n’est pas la célébrité, c’est d’encourager la jeune génération à défendre ses idées pour plus de justice sociale.

Les gens pensent que les personnes âgées sont rangées, plus posées. Ce n’est pas tout à fait faux. Mais c’est justement dans cette tranquillité que nous puisons notre force. On ne nous aurait jamais crues capables d’être si radicales”, observe Monika Salzer, soixante-dix ans elle aussi, fondatrice du collectif et ancienne psychothérapeute. Un soir, inquiète de la tournure tragique prise par le gouvernement, elle allume son ordinateur et tombe sur la photo de sa mère et de sa grand-mère en fond d’écran. “Deux femmes fortes” qui ont traversé des époques très dures, dont l’austrofascisme dans les années 1930 : “Je me suis alors dit que je devais aussi me battre, et j’ai créé la page Facebook des Omas Gegen Rechts.

Susanne Scholl est la première à rejoindre ce mouvement de protestation considéré comme “le plus original jamais formé en Autriche” par l’hebdomadaire allemand Die Zeit. “J’ai tout suite adoré le nom ‘Mamies contre la droite’”, s’exclame la septuagénaire. Mais il a fallu se battre pour l’imposer : certaines jugeaient que “mamies” était dévalorisant, “qu’on ne serait jamais prises au sérieux”. Inimaginable pour Monika Salzer : s’il y a bien une chose dont elle est sûre, “c’est que si même les mamies battent le pavé, c’est que la situation est grave !

Au cœur de la nuit, les Omas reprennent leur hymne en canon : “Mamies, entendez-vous ? Le pays nous appelle !” Âgées de soixante à quatre-vingt-sept ans, elles sont une trentaine ce jeudi soir. Parmi elles, Caroline Koczan, dont l’épais bonnet de laine rose surmonte un regard bleu clair. “Les politiques multiplient les déclarations honteuses, en toute impunité. Je suis très inquiète pour mon pays”, s’alarme-t-elle. La veille, le ministre de l’Intérieur, Herbert Kickl (FPÖ), a déclaré à la télé publique : “La loi doit suivre la politique et non l’inverse. Il existe des constructions juridiques étranges qui nous empêchent de faire ce qu’il faut.” Une attaque frontale contre la Convention européenne des droits humains. En janvier 2018, Herbert Kickl avait déjà créé la polémique en proposant de cantonner les demandeurs et demandeuses d’asile de façon “concentrée” dans des centres dédiés.

Beaucoup s’étaient levées en 1968 pour revendiquer leur liberté

Dans Vienne, les murs portent de nombreux graffitis qui dénoncent le fascisme, le racisme et réclament plus d’équité sociale.

Élue sur un programme nationaliste, avec 31,5 % de votes pour l’ÖVP et 25,97 % pour le FPÖ, la coalition multiplie les mesures antimigrant·e·s : boycott du pacte de l’ONU sur les migrations, augmentation de moitié des expulsions, réduction des minima sociaux pour les demandeurs et demandeuses d’asile… “Beaucoup d’Autrichien·ne·s sont en désaccord avec cette politique. Seulement, toutes et tous n’ont pas le temps de manifester : elles et ils sont pris·es par leur travail, leurs enfants, certaines personnes âgées ne peuvent plus se déplacer. Si je suis dans la rue, c’est aussi pour faire entendre leur voix”, poursuit Caroline Koczan.

On pourrait très bien se dire : j’ai eu la belle vie, j’ai bénéficié des acquis sociaux. Maintenant, à moi la retraite. Mais non !” Pour Kristen Sünddier, ancienne ergothérapeute, le rôle des grands-mères est de “s’assurer” que leurs petits-enfants “profiteront de l’État de droit”. À ses côtés, une minuscule dame aux joues rosies par le froid pointe du doigt une pancarte sur laquelle est écrit en gros : “Smash the patriarchy” (Brisez le patriarcat). Ingrid Winter a quatre-vingt-six ans. Comme beaucoup d’Omas, elle s’est levée en 1968 “pour revendiquer sa liberté”. Aujourd’hui elle dénonce : “Le gouvernement menace les droits des femmes. Ils veulent nous faire retourner au triptyque : cuisine, famille, église.

Anita May, la fille de Monika Salzer, est engagée dans une association qui vient en aide aux femmes en situation de précarité. Elle s’inquiète quant au droit à l’avortement : lancée en février, une pétition visant à supprimer la possibilité d’un avortement tardif en cas de déficience physique ou mentale grave du fœtus a été soutenue par des évêques catholiques et de hauts responsables politiques de l’ÖVP et du FPÖ.
Ce pouvoir cible les militant·e·s de l’égalité. Le ministère de la Femme et de la Famille, dirigé par Juliane Bogner-Strauß (ÖVP), a réduit de 100 000 euros le budget pour les associations qui défendent les droits des femmes. La presse féministe n’est pas épargnée : 23 000 euros d’aides ont été sabrés au magazine An.schläge et 5 000 euros à L’Homme, revue européenne d’histoire féministe. Mais la ministre l’assure : “Ces coupes n’ont rien de politique.” Il s’agit seulement de… “faire des économies”.

Une psychothérapie contre la dépression politique

Peter Bettelheim, un des rares hommes membre des Omas : “On me dit souvent : mais toi tu es un papy ! ” Je réponds avec cet exemple : “On peut être contre la chasse sans être un animal, donc on peut être membre des Omas contre la droite sans être une mamie.

Un grand blond coiffé d’un béret noir style cubain, Gerard Lactoher, soixante-cinq ans, se joint chaque jeudi aux mamies : “Elles véhiculent une image non violente. Même la police n’oserait pas leur faire de mal.” Ce soir, Peter Bettelheim, soixante-douze ans, participe aussi au rassemblement. “Manifester est une psychothérapie contre la dépression politique”, estime ce Viennois à la barbe freudienne pour qui créer un groupe de “Papys contre la droite” serait “saugrenu”. “Pourquoi vouloir créer une contrefaçon des Mamies ? Ce ne serait qu’une pâle copie.” Des grands-pères ont pourtant essayé. “Au départ, ils voulaient que ce soit nous qui créions une branche masculine. Et puis quoi encore !”, s’irrite Susanne Scholl. Leur groupe n’a pas tenu.

Il est vingt-deux heures. Susanne Scholl rentre chez elle, “épuisée”. Parmi les innombrables bibelots rapportés de Moscou où elle fut correspondante pour le groupe de médias autrichiens ORF, trône une menorah, un chandelier à sept branches. Susanne Scholl vient d’une famille juive. Ses grands-parents ont été tué·e·s par les nazi·e·s. Une période sombre dont leur petite-fille s’inquiète du retour : “Ça commence toujours avec des mots… Il faut rester vigilant·e·s.” Jacques Le Rider, historien spécialiste de l’Autriche et ancien directeur de l’Institut français de Vienne, nuance : “L’Histoire ne se répète pas. Mais les mêmes causes produisant les mêmes effets, le retour du nationalisme entraînera à nouveau des catastrophes : conflits, antisémitisme et crises économiques.
Si elles investissent la rue, les Omas Gegen Rechts sont aussi très mobilisées sur les réseaux sociaux. Leur page Facebook, créée en novembre 2017, comptait près de 10 000 membres en mars. Elles ont par ailleurs créé un site web, des comptes Instagram et Twitter. “On est suivies par 1 897 et 7 252 followers. Pas mal pour des mamies zinzin !”, remarque Monika Salzer, désormais rodée au community management. Un retour à l’envoyeur face aux critiques que les grands-mères essuient sur la toile. “Trop vieilles pour être utiles. Trop féministes pour tricoter. Ma mamie a honte pour vous”, a twitté par exemple le responsable d’un mouvement identitaire. “L’âge ne protège pas de la folie !” a posté un autre internaute.

Dans Vienne, certains graffitis et fresques sont des messages de soutien ou de bienvenue à l’intention des réfugié·e·s. Le slogan “kind bleiben dürfen” signifie “avoir le droit de rester enfant”.

On ne s’en préoccupe pas”, balaye Monika Salzer. Pour l’heure, l’attention des Omas est tournée vers les élections européennes de mai. Avec Peter Bettelheim, seul homme présent, les voilà donc de nouveau réuni·e·s lors d’un séminaire de travail. Le but : trouver comment inciter les Autrichien·ne·s à se rendre aux urnes, “mais pas pour l’extrême-droite”, réagit Petra Hajek, en pantalon de cuir rouge.

Imaginer des actions “cool et sexy

Il faut agir, avant qu’il ne soit trop tard, lance Renate Klein, soixante-seize ans, aux cheveux rose vif. Nos petits-enfants ne doivent pas nous reprocher d’avoir assisté à cette montée du fascisme et de n’avoir rien fait.” Une mamie cite Rosa Luxembourg : “Celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaînes.” Dans l’assemblée, les idées fusent.
Il faudrait faire quelque chose de cool et sexy”, estime Monika Salzer. “On peut investir les bars, expliquer aux jeunes que l’Europe est au cœur de leur vie. On arriverait avec nos bonnets tel un groupe d’intervention d’urgence”, propose Petra Hajek, tandis que la salle éclate d’un rire approbateur.

Eringard Kaufmann, iPad en main, suggère : “Déconstruisons les fake news propagées par les mouvements eurosceptiques dans des vidéos qu’on publierait sur Facebook.” Cette dame au foulard de soie vert n’en démord pas : “Même si l’UE a ses défauts, il s’agit du plus grand projet de paix jamais fondé. Si elle disparaît ou si l’extrême-droite en prend le contrôle, les guerres reviendront.” Les jeunes considèrent que la libre circulation va de soi : “Ils n’ont pas connu l’Europe des frontières et des contrôles”, souligne Peter Bettelheim.

Des idées, les Omas n’en manquent jamais. En plus de manifester à chaque Donnerstag Demo ainsi qu’à la Marche pour le climat, elles multiplient les initiatives. Petra Hajek, qui fait partie de la chorale, explique : “On entonne des chants révolutionnaires devant le ministère de l’Intérieur. La chanson Bella Chao est ainsi devenue Kickl Chao.” Chaque semaine, les grands-mères organisent dans un café viennois un “Thé de cinq heures” pour accueillir les nouvelles recrues. Elles ont aussi proposé des séances avec les enfants. “Pour leur raconter avec des mots simples notre propre histoire. Quand c’est du vécu, ça leur paraît concret”, estime Susanne Scholl, apprentie YouTubeuse. Dans de courtes vidéos, elle réagit à l’actualité politique autrichienne. “Je me filme avec mon smartphone puis je publie sur le site des Omas. Il y a souvent plus de 2 000 vues !

Mamie pique, papi tricote

Envoyer valser les frontières est au cœur de leur combat, que ce soit les frontières inter-générations mais aussi celles qui ont ressurgi en 2015, quand des vagues de migrant·e·s, fuyant les guerres du Moyen-Orient, ont frappé aux portes de l’Europe qui s’est peu à peu refermée. Des milliers de réfugié·e·s sont arrivé·e·s à Vienne pour rejoindre l’Allemagne. Comme beaucoup d’Omas, Eringard Kaufmann n’a pas hésité à offrir son aide. Issue d’une famille tchétchène, cette ancienne travailleuse sociale raconte : “Les réfugié·e·s étaient entassé·e·s dans des camps de fortune. Un de mes locataires venait de partir, alors j’ai proposé mon appartement.” C’est aujourd’hui Ziad, Syrien, qui l’occupe. Pour lui, Eringard Kaufmann est comme une “mère”. “Nous pouvons largement accueillir des réfugié·e·s qui fuient la mort et la torture, estime Kitty, soixante-treize ans. L’Autriche est un pays riche. Il y a du travail pour tout le monde.

Jumana, Iraquienne âgée de vingt et un ans, est réfugiée en Autriche depuis six ans avec sa famille, qui a fui la guerre en Iraq puis en Syrie.

Leur séminaire, les Omas l’ont d’ailleurs organisé à l’hôtel Magdas où travaille Ziad. Situé dans le 2e arrondissement de Vienne, cet hôtel est le premier en Autriche géré par des réfugié·e·s. “Nous ne faisons rien au hasard”, sourit Eringard Kaufmann. Chargée de l’accueil ce jour-là, Jumana*, une Irakienne de vingt et un ans, confie dans un parfait allemand : “Ce serait bien qu’il y ait plus de mamies comme elles, bienveillantes et encourageantes”.

Si les Omas recrutent, il va donc falloir plus de pussy hats ! Emprunté à la Marche des femmes américaines, c’est le symbole qu’elles ont choisi pour se faire connaître, être reconnues et se démarquer en ces temps sombres, avec un accessoire joyeux et coloré. “J’ai trouvé ça drôle. Elles ont vraiment piqué ma curiosité”, se souvient Helmut Weiländer, un Viennois de cinquante-neuf ans. Il les rejoint aussi par solidarité : “La libération des gays a été possible après la libération des femmes. Quand on a commencé à lutter contre les discriminations, les féministes nous ont soutenus et encouragés. Je les soutiendrai toujours dans leurs luttes.” Artiste plasticien, Helmut Weiländer intègre le club de tricot des Omas. Il créé les bonnets de laine pour les mamies qui ne savent pas tricoter et leurs sympathisant·e·s. “J’ai appris avec des tutos YouTube”, avoue-t-il en passant avec dextérité une maille dans l’autre. La première tentative n’était pas concluante : “J’avais pourtant suivi toutes les instructions, mais mon bonnet était rectangulaire au lieu d’être carré.” Aujourd’hui, il tricote son quarantième pussy hat.

Elles tiennent à leur indépendance

Les bonnets des Omas ont même fait leur entrée au sein du MuseumsQuartier de Vienne, l’un des plus grands centres culturels au monde. Ils sont vendus dans le concept store du Kunsthalle Wien, une salle d’exposition consacrée à l’art contemporain. “Tous les bénéfices sont reversés aux Omas”, indique Katharina Baumgartner, la responsable marketing. Un soutien qu’elle explique par une volonté assumée de la Kunsthalle Wien “d’offrir un lieu d’expression à ces voix issues de la société civile et engagées pour les droits humains”.
Quel poids pourraient-elles avoir dans la vie politique autrichienne mais aussi lors des prochaines élections européennes ? “La gauche nous courtise et la droite nous ignore”, résume Susanne Scholl. Mais de près ou de loin, les partis gardent un œil sur ces mamies qui tiennent à leur indépendance. Si elles n’étaient qu’un petit groupe au départ, les Omas comptent aujourd’hui près de 500 membres actives dans un pays d’à peine 8,5 millions d’habitant·e·s.

De la Styrie à Graz, en passant par Linz, le Burgenland ou la région de Vorarlberg-Tyrol, leur mouvement s’étoffe. À Salzbourg, le collectif rassemble désormais une soixantaine de mamies. “Porter le badge des Omas est un réel acte militant dans cette ville très conservatrice”, explique Eringard Kaufmann, qui a observé ces dernières années une flambée d’incidents provoqués par des militant·e·s d’extrême-droite. En 2016, par exemple, la plaque apposée sur le mur d’une église de Salzburg rappelant l’autodafé de 1938 par le parti nazi avait été recouverte de goudron.
Des actes contre lesquels se lèveront sans relâche les Omas. Des mamies dures à cuire qui carburent plus au ginseng qu’à la camomille, et se branchent plus sur les feux de la révolte que sur les Feux de l’amour. “Ma mère a ça dans le sang, souligne Anita May, quarante-huit ans. Petite, elle m’emmenait manifester. Nous avons marché contre la guerre au Vietnam, contre les centrales nucléaires… Nous refusions d’acheter les fruits qui venaient d’Afrique du Sud. Elle m’a appris à défendre mes idées. Et aujourd’hui, elle le transmet aux autres.

Quand les grands-mères se lèvent, on les écoute

Les Omas sont des modèles pour notre génération”, estime Katharina Baumgartner. Cette trentenaire considère aussi ces mamies comme “des héroïnes”. “Par leur vécu et leur sagesse, elles fédèrent et éveillent les consciences. Elles ne peuvent pas laisser indifférent·e.” Consciente de leur capacité à rassembler, Monika Salzer souhaite désormais “étendre le mouvement au niveau européen”. Un groupe d’Omas s’est déjà formé en Allemagne, où l’extrême-droite gagne aussi du terrain.

Chaque jeudi soir, des jeunes participent à la Donnerstag Demo aux côtés des irréductibles Omas parmi d’autres manifestant·e·s.

Des organisations politiques de jeunesse, dont le mouvement libéral autrichien Junos, envisagent également d’organiser des actions conjointes avec les mamies. Comme le soutient sa vice-présidente Anna Stürgkh, vingt-quatre ans : “Travailler ensemble pourrait avoir un impact et faire la différence. Nous avons tous et toutes une grand-mère. Quelles que soient nos opinions, quand elles se lèvent, on les écoute.” Pour qu’un jour, espèrent les Omas, elles puissent raconter à leurs arrière-petits-enfants : “Il était une dernière fois le règne de l’intolérance.” ●

* Elles et ils n’ont pas souhaité communiquer leur nom de famille.


Renate Klein : solidarité et universalité

Coiffeuse et coach à la retraite, Renate Klein annonce la couleur : “Nous devons élever la voix, ne pas rester en arrière. Nous, vieilles dames, en avons dans le crâne. Nous avons des choses à dire et pouvons aider les gens à se faire leurs propres idées.

Renate Klein est parmi les premières à avoir rejoint le mouvement des Omas Gegen Rechts. “Quand Monika Salzer m’a parlé de son projet de créer un groupe de mamies contre la droite, j’ai immédiatement adhéré !”, se souvient son amie de longue date. Les deux femmes se connaissent depuis plus de vingt ans. Elles fréquentent la même église protestante où elles occupent la fonction de pasteure. Les protestant·e·s représentent une minorité religieuse en Autriche, pays à prédominance catholique. Mais elles et ils savent se faire entendre : lors des élections présidentielles de 2016, les églises protestantes d’Autriche avaient dénoncé “l’instrumentalisation de Dieu à des fins personnelles et politiques” par le candidat d’extrême-droite Norbert Hofer, dont les affiches de campagne portaient la mention “Avec l’aide de Dieu”.

Renate Klein prêche dans une église protestante de Vienne le dimanche. Son combat pour les droits humains et la paix sociale au travers de son engagement chez les Omas se poursuit à l’église : “Pour être en paix avec les autres, il faut d’abord être en accord et en paix avec soi- même.

Le Dieu de la Bible n’est pas un Dieu chrétien et occidental, mais un Dieu universel”, défend Renate Klein, dont les prêches insistent sur les valeurs de charité et de paix. “Je suis très fière de mon pays, on s’entraide, on est libre et je veux que ça reste ainsi , explique cette fille de soldat. Mon père ne m’a vue qu’une fois, à ma naissance. Puis il est parti à la guerre. C’était il y a longtemps, mais je ne veux pas que cette époque revienne. C’est pour ça que je me bats”, continue-t-elle en enfilant sa robe pastorale noire par-dessus un pull en laine rose poudré.

Le rose est la couleur phare de cette grand-mère de quatre petits-enfants. Elle précise qu’elle ne s’est pas teint les cheveux en fuchsia en écho aux pussy hats. “Jeune, j’étais très brune. Et je détestais le noir. Il y a dix ans, lorsque mes cheveux ont commencé à devenir blancs, je les ai colorés en rose”, dit celle qui se définit “autant féministe qu’humaniste”.