fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Le mot : Le mythe de la virginité

Par Rebecca Amsellem
Paru dans Femmes ici et ailleurs #30, mars-avril 2019 

Je me souviens parfaitement de la perte de ma virginité. L’après surtout. Je suis sortie dans la rue et j’ai regardé les passant·e·s. Cela se voit-il sur mon visage ? Ma démarche a-t-elle changé ? Suis-je une femme désormais ? Je me sentais différente. Fière sans aucun doute. Mais c’est une exception, je le sais. Dans notre société, être vierge reste encore trop souvent synonyme de pureté. Pureté à laquelle les jeunes filles devraient s’accrocher le plus longtemps possible : “Attends l’amour de ta vie !”, “Es-tu sûre que c’est le ou la bon·ne ?

© Daphné Collignon

Quelques années plus tôt, j’avais lu dans un magazine féminin l’histoire d’une Brésilienne, Rebecca, qui avait décidé, alors qu’elle avait une trentaine d’années, de se faire reconstruire l’hymen pour être “vierge” de nouveau. Je ne me rappelle plus des raisons qui l’avaient poussée à subir cette opération. Je me souviens néanmoins m’être demandé pourquoi elle n’était pas fière de ne plus être vierge.

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.