fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Reportage : Kihnu, l’île des femmes [Estonie]

Au large du golfe de Riga, en Estonie, l’île de Kihnu est devenue un musée à ciel ouvert où le temps semble s’être arrêté. Le mérite revient aux femmes de l’île, véritables maîtresses des lieux, qui ont fait de leur culture un trésor à préserver.
Ce patrimoine vivant, reconnu par l’UNESCO, ouvre de nombreuses perspectives d’avenir.

Texte de Cécile Debarge
Paru dans Femmes ici et ailleurs #20, juillet-août 2017

Mare Mätas, figure incontournable de l’île, à la tête de la Kihnu Cultural Space Foundation, se promène sur la plage accompagnée de Christina et d’enfants. En arrière-plan, le phare de Kihnu, construit par les Anglais au XIXe siècle. © Sébastien Leban/Divergence

À Tallinn, la capitale de l’Estonie, déjà, la légende bruissait. “Vous verrez, à Kihnu les femmes sont fortes. Ce sont elles qui gèrent tout”. En faisant route vers le golfe de Riga, le mythe s’épaissit. “C’est l’île des femmes, on les admire”, résume Kathlin, une Estonienne de vingt-sept ans venue passer l’été à Kihnu, dans sa belle-famille.

Mare Mätas dans sa maison. La présidente de l’espace culturel de l’île de Kihnu est également épouse de pêcheur, elle tente de sensibiliser les responsables politiques estonien·ne·s et européen·ne·s à autoriser la pêche traditionnelle du phoque à Kihnu. © Vincent Nguyen/Riva Press

Et c’est vrai que les femmes sont partout ici. Les rares petits commerces de l’île — une supérette, une épicerie, deux bars-restaurants ouverts uniquement l’été — sont tenus par des femmes. Sur la moissonneuse-batteuse qui fait voler les épis jaunis, une grand-mère, engoncée dans son gilet de laine, manie l’engin à la perfection. La patronne de la petite boutique de souvenirs, remplie de gants tricotés main et de peintures naïves ? Une femme, encore. Tout comme la location de vélos, le musée de l’île, les responsables du centre culturel ou, lieu hautement stratégique, l’école. Le conseil municipal est composé d’une majorité de femmes, même si le maire est un homme.

Et c’est probablement le plus étonnant à Kihnu : l’espace public est quasi exclusivement féminin.
Où sont les hommes ? Quelques coups de pédale suffisent à s’éloigner du microscopique centre-ville pour se perdre dans la forêt. Certains sont là, tranquillement affairés à couler du béton entre deux éclats de rire pour réaliser une extension de la maison, à couper du bois. Femmes d’un côté, hommes de l’autre.

Une femme en costume traditionnel s’apprête à accrocher le drapeau estonien sur la devanture du musée de l’île. Le bâtiment sert également de centre communautaire et de salle de classe pour les cours de musique. © Sébastien Leban/Divergence

L’espace public aux femmes

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.