fbpx
HomeHistoireJoséphine Baker : Derrière l’icône, la femme de convictions [États-Unis-France]

Joséphine Baker : Derrière l’icône, la femme de convictions [États-Unis-France]

Par Stella Brunet
Paru dans Femmes ici et ailleurs #45, septembre-octobre 2021

© Austrian National Library / APA-Picture Desk / AFP Photo

Joséphine Baker (1906-1975) naît dans une famille pauvre dans le Missouri, où sévit la ségrégation raciale.

Passionnée par la danse, elle part réaliser son rêve à New-York, puis à Paris, au début des Années folles. Elle fait le succès de la Revue nègre au théâtre des Champs-Élysées à partir de 1925, jouant avec les stéréotypes sur les personnes noires.

Au-delà de l’artiste qui a foulé les plus grandes scènes, de Broadway aux Folies Bergères, Joséphine Baker était avant tout une femme engagée. Naturalisée française en 1937, elle devient espionne pour la Résistance, cache des messages codés dans ses partitions et abrite des résistant·e·s dans son château des Milandes, en Dordogne. Là, elle construira une utopie avec sa “tribu arc-en-ciel”, formée de douze enfants venu·e·s du monde entier, qu’elle adopte et élève.

En 1963, elle marche aux côtés de Martin Luther King, à Washington, pour revendiquer l’égalité et la justice. En France, elle milite jusqu’à sa mort contre le racisme.

Joséphine Baker fera son entrée au Panthéon, le 30 novembre, sous le fronton “Aux grands hommes la patrie reconnaissante”. Elle sera la sixième “grande femme” mais la première Noire ainsi honorée par la République. ●