fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Le mot : Hystérie

Par Rebecca Amsellem
Paru dans Femmes ici et ailleurs #23, janvier-février 2018

Une femme qui pense par elle-même, on dit qu’elle est cérébrale. Une femme qui s’exprime, qu’elle est folle. Une femme qui rit, qui pleure, qui exprime ses émotions, qu’elle est hystérique.” La chanteuse Camille expose un non-sens au micro de Lauren Bastide, dans le podcast féministe La Poudre. D’où vient cette névrose qui semble frapper les femmes qui disent tout haut ce que toutes pensent tout bas ?

hysterie stereotype humour prejuge daphne collignon
© Daphné Collignon

Du mot grec ὑστέρα (usteria), qui signifie matrice ou entrailles. Aujourd’hui, l’hystérie est définie comme une classe de névroses dont certains symptômes peuvent être spectaculaires (phobies, crises, anesthésies voire des paralysies). Hippocrate utilise le terme d’hystérie, pour la première fois, pour désigner des symptômes – principalement des excès d’émotions – qui seraient dus au déplacement de l’utérus dans le corps (ceci n’est pas une blague). Cette explication persiste dans le temps. Ambroise Paré précisait ainsi au XVIe siècle : “Quelquefois même, il frétille et bouge, faisant perdre patience et toute raison à la pauvre femme1.” Au XIXe siècle, on apprend même que cette “maladie” est répandue surtout auprès des femmes blanches. L’historienne Caroll Smith-Rosenberg l’explique en précisant qu’il s’agissait probablement de la seule forme socialement acceptée de “débordement” de la part des femmes2.

​Vous avez envie de lire cet article ? Il vous suffit d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà adhérent·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes adhérent·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.