fbpx
HomeÉcoFrédérique Junker : “Quand j’ai dû lutter contre la maladie”

Frédérique Junker : “Quand j’ai dû lutter contre la maladie”

Par Sandrine Boucher
Paru dans Femmes ici et ailleurs #47, janvier-février 2022

Cigogne rose, entrepreneure, fce
DR

Petite, Frédérique Junker avait une passion atypique pour une enfant : les finances. “Je connaissais toujours le cours du dollar”, plaisante-t-elle. Elle décroche un diplôme d’école de commerce, puis travaille pour des banques, aux Pays-Bas et au Luxembourg. “Quand j’ai commencé ma carrière, il y avait peu de femmes dans le secteur. Un jour, j’ai découvert la gestion de patrimoine. En France la question de l’argent est un peu taboue, ça l’est moins ailleurs.” Elle s’installe à Mulhouse, où elle travaille comme conseillère salariée pendant douze ans, avant de monter sa propre entreprise de gestion de patrimoine, VIP, en 2010. Ce qui lui plaît dans ce métier : sa diversité et les contacts humains privilégiés. “Nous sommes comme des médecins de famille, mais au service de leur argent. Nous nous occupons de placements, de fiscalité, de succession, de prévoyance, etc. Au total, ce sont cinq métiers en un, avec des réglementations qui changent continuellement. On a de quoi s’occuper !

​Vous avez envie de lire cet article ? Il suffit de vous abonner à Femmes ici et ailleurs.

Vous êtes déjà abonné·e Découverte digitale, Découverte combiné, Exploration ou Exploration digitale, Liberté ou Liberté digitale ? Connectez-vous à votre compte.

Vous êtes abonné·e avec une autre offre ? Vous pouvez la faire évoluer sans attendre en cliquant ici. La régularisation administrative se fera dans les jours qui suivront.