fbpx

Femmes ici et ailleurs

Un Magazine et un Club 100 % inspiration

Charlotte de Vilmorin : La mobilité pour toutes et tous

Par Aude Stheneur
Paru dans Femmes ici et ailleurs #36, mars-avril 2020

© Wheeliz

Une femme, d’à peine trente ans, en fauteuil roulant et cheffe d’entreprise : Charlotte de Vilmorin défie les statistiques. “Je n’avais jamais imaginé entreprendre et encore moins dans le secteur du handicap” explique-t-elle. Jusqu’au jour où elle est invitée au mariage d’une amie dans le Sud de la France et constate qu’elle n’a aucun moyen pour rallier la gare au lieu des festivités. “Les transports en commun étaient inaccessibles et je ne pouvais pas louer de voiture dans une agence ordinaire.” Ainsi est née l’idée de Wheeliz : une plateforme de location entre particuliers de voitures aménagées pour les personnes à mobilité réduite. “Le ou la locataire peut regarder si l’aménagement convient bien à son fauteuil, son handicap, sa mobilité, etc.”, précise-t-elle.

L’idée lui est venue aussi des messages reçus sur son blog, Wheelcome, où elle raconte son quotidien en fauteuil roulant. En 2014, Charlotte de Vilmorin quitte son poste dans une agence de publicité, trouve un associé informaticien et lance une campagne de crowdfunding qui rencontre un grand succès. “Notre objectif était de récolter 15 000 euros en quarante jours. En une semaine, les 20 000 euros avaient été dépassés.” Il faut ensuite convaincre les assureurs automobiles. La Maïf se lance dans l’aventure, les premier·ère·s utilisateurs et utilisatrices se manifestent et, dès sa première année, Wheeliz remporte de nombreux concours d’entrepreneuriat.

Certains obstacles persistent. “Il n’est pas évident de lever des fonds pour une structure dans le secteur de l’innovation sociale. Notre marché est relativement restreint, la croissance moins rapide : cela refroidit les fonds d’investissement qui espèrent multiplier par cinq leur mise en trois ans. Le défi est aussi de changer les mentalités : de montrer qu’être en fauteuil n’empêche pas de se déplacer”, remarque Charlotte de Vilmorin. Sa plateforme compte 13 000 inscrit·e·s et 1 400 véhicules. Et elle se prend même à rêver à un développement à l’international… ●